Eurojade - Le Spécialiste du Jade - The Jade Specialist

BOUTIQUE

 

Les Etats-Unis sanctionnent trois vendeurs de gemmes birmans

JCK - Rob Bates - 21 janvier 2021

article publié en anglais (américain)

Following the recent military coup in Myanmar (formerly Burma), the U.S. Treasury Department’s Office of Foreign Assets Control (OFAC) has placed sanctions on three Burmese gem companies.

The OFAC-sanctioned companies are Myanmar Ruby Enterprise, Myanmar Imperial Jade Co., and Cancri (Gems and Jewellery) Co.

A White House statement said the three companies were “wholly owned subsidiaries of a conglomerate owned or controlled by” the country’s military.

At press time, it wasn’t clear how the ban targeting these three companies would affect the overall market for ruby and jade from Myanmar.

“From first glance, it looks like the sanctions are strictly targeting gem and mining companies with direct ties to the military, so it may not cover everything that is coming out of the country,” says Sara Yood, senior counsel at the Jewelers Vigilance Committee (JVC).

“Today’s action by the U.S. government should not be surprising to anyone who has been paying attention to the situation in Myanmar,”  she adds. “My guess is that this is simply the first step and that further restriction could be forthcoming. At the moment, JVC would suggest that those dealing in the trade of Burmese gemstones research these names and entities, and immediately cease dealing with them if they are currently doing so.”

U.S. citizens and companies are not allowed to deal with any company on the OFAC list, and OFAC-sanctioned companies are prohibited from doing business in the United States.

This is not the first time gems from the country have attracted controversy.

The JADE Act, which banned the import of rubies and jade from Myanmar, was signed into law by President George W. Bush in 2008. The Obama administration lifted the sanctions against the country’s gems in 2016.

The Trump administration reimposed some of the sanctions against Myanmar in 2018, amid reports of ethnic cleansing against the country’s Muslim population.

Now, the Biden administration looks like it will be the fourth in a row to issue sanctions targeting the country.

“The Feb. 1 coup was a direct assault on Burma’s transition to democracy and the rule of law,” said Treasury Secretary Janet L. Yellen in a statement. “The Treasury Department stands with the people of Burma—and we are doing what we must to help them in their effort to secure freedom and democracy.”

“We are also prepared to take additional action should Burma’s military not change course. If there is more violence against peaceful protestors, the Burmese military will find that today’s sanctions are just the first.”

 Catastrophe de la mine de jade de Hpakant

 Wikipedia - 2 juillet 2020

La catastrophe de la mine de jade de Hpakant est un glissement de terrain survenu le 2 juillet 2020 sur un site minier de jade dans la région de Hpakant, dans l'État de Kachin en Birmanie. Au moins 174 personnes ont été tuées ce qui en fait l'accident le plus meurtrier de la Birmanie.

La Birmanie est le plus grand fournisseur de jade dans un commerce annuel d'une valeur de 30 milliards de dollars par an, mais les accidents sont fréquents sur ses sites miniers. La plus grande mine de jade au monde se trouve à Hpakant, dans l'État de Kachin. Un glissement de terrain a tué au moins 116 personnes dans la catastrophe de la mine de jade de Hpakant en 2015. En 2019, 50 travailleurs ont été ensevelis dans l'effondrement de la mine de jade de Hpakant en 2019, entraînant la mort de quatre d'entre eux et de deux secouristes.

Des dizaines de mineurs ont été tués dans de petits accidents au cours des dernières années, les "cueilleurs de jade" indépendants qui récupèrent les résidus des grands exploitants étant particulièrement menacés. Ces mineurs indépendants vivent dans des quartiers délabrés à la base de grands monticules de gravats excavés par des machines lourdes. Les mineurs indépendants sont souvent des migrants d'autres régions de la Birmanie et ne sont pas enregistrés, ce qui a compliqué le calcul des personnes disparues. L'exploitation minière est effectuée sur le site par des centaines de personnes qui récupèrent les résidus déversés par des camions sur le site. Les résidus forment de grandes pentes, dans une scène semblable à un paysage lunaire dépourvue d'arbres, susceptible de s'effondrer.

Alors que le cabinet de Htin Kyaw, dirigé par Htin Kyaw et Aung San Suu Kyi, a promis de réformer l'industrie du jade et de réduire les accidents lors de son arrivée au pouvoir en 2016, peu de choses ont été faites dans la pratique.

Le 1er juillet, les autorités ont lancé un avertissement contre l'exploitation minière dans la région en raison de fortes précipitations. Cependant, cet avertissement a été défié par de nombreux mineurs.

 pente de décombres à la mine de jade dans l'État de Kachin

Les mineurs sur le site étaient des "cueilleurs de jade" indépendants qui nettoyaient les résidus d'une société minière.

À 6h30, heure locale, de fortes pluies ont déclenché l'effondrement d'un tas de déchets miniers qui sont tombés dans un lac. Cela a ensuite généré une vague de boue et d'eau qui a enterré ceux qui travaillaient sur le site. L'effondrement et la vague de boue et d'eau qui a suivi ont été capturés sur vidéo, tout comme les tentatives effrénées d'évasion des mineurs.

Un survivant, Maung Khaing, 38 ans, a déclaré avoir vu une énorme pile de déchets sur le point de s'effondrer alors que les gens criaient "courir, courir". Selon Khaing: "En une minute, toutes les personnes au bas [de la colline] ont tout simplement disparu. Je me sens vide dans mon cœur ... Il y avait des gens coincés dans la boue criant au secours mais personne ne pouvait les aider" .

exploitation minière de jade dans l'État de Kachin

Au 3 juillet 2020, 172 corps avaient été retrouvés sur le site et 54 autres personnes auraient été blessées. De plus, on craint que de nombreux mineurs, peut-être 200, soient piégés. Les efforts de sauvetage ont été entravés par les fortes pluies. Les photographies du secteur ont montré des lignes de corps récupérés placés sur une colline. Le nombre de morts devrait augmenter, car d'autres corps sont dans la boue.

L'industrie du jade de la Birmanie est connue pour ses décès et ses accidents, la catastrophe de 2020 est l'accident le plus meurtrier à ce jour.

 

Un éboulement dans une mine de jade fait 13 morts

20 Minutes - 6 mai 2016

Treize personnes ont été tuées dans un glissement de terrain sur le site d'une mine de jade dans le nord de la Birmanie, ont indiqué vendredi les autorités locales. Un mur de terre s'est effondré et les victimes sont mortes ensevelies. L'accident a eu lieu dans l'Etat Kachin, au coeur de l'industrie de jade, une pierre très prisée notamment dans la Chine voisine.

Les sauveteurs ont arrêté les recherches vendredi matin après passé la zone au peigne fin, a indiqué Nilar Myint, un représentant du gouvernement local.

La Birmanie est le premier producteur mondial de jade. Mais les conditions d'extraction y sont très mauvaises, les compagnies minières employant de nombreux travailleurs illégaux. Les sites attirent en outre de nombreux travailleurs pauvres qui tentent de trouver des morceaux de jade dans les tas de remblais laissés aux abords des mines.

De nombreux accidents du même type ont du reste déjà eu lieu dans cette région. Plus de 100 personnes ont ainsi péri dans un glissement de terrain similaire, en novembre dernier.

En 2014, la Birmanie a vendu sur le marché mondial pour plus de 30 milliards de francs suisses (27,5 milliards d'euros) de jade,soit dix fois le chiffre officiel, selon un rapport publié en octobre 2015 par l'ONG Global Witness.

 

Birmanie : au moins 90 morts dans un glissement de terrain dans une mine de jade

France 24 - 22 novembre 2015

 
  © Ye Aung Thu, AFP | Des travailleurs dans une mine de jade à Hpakant, en Birmanie.
 
Au moins 90 personnes ont été tuées en Birmanie dans un glissement de terrain dans une mine de jade. Une centaine de personnes sont toujours portées disparues.

Un glissement de terrain dans une mine de jade en Birmanie a entraîné la mort d’au moins 90 personnes. Selon les secours, une centaine de personnes sont encore recherchées.

"Nous ne trouvons que des morts" dans la montagne de pierres éboulées, a déclaré à l'AFP Nilar Myint, responsable de l'administration locale et coordinateur des secours dans la région très isolée de Hpakant, dans le nord du pays. Pour venir en aide à d’éventuels survivants, des secouristes, mais aussi des renforts de l’armée et de la police sont sur place.

Une production très dangereuse pour les mineurs

L'accident a eu lieu à Hpakant, dans l'État de Kachin, dans le nord du pays. Il s’est produit samedi quand une montagne de remblais s'est effondrée sur des dizaines de cabanes de fortune dans lesquelles dormaient des personnes vivant de la recherche de morceaux de jade restés non exploités.

Cette région produit du jade de très haute qualité, mais les conditions de travail sont dangereuses pour les ouvriers, souvent des migrants venus d'autres régions du pays et qui touchent un très bas salaire. Ces derniers mois, des dizaines d'habitants tentant de trouver du jade laissés par les pelleteuses des grosses compagnies minières sont morts dans des éboulements, selon les ONG.

Ces drames de la pauvreté sont parfois mentionnés dans la presse locale, sans que rien ne change dans la vie de ces légions de mineurs illégaux, tentant leur chance dans les mines à la nuit tombée le plus souvent.

Malgré les réformes menées ces dernières années, le plus grand secret continue d'entourer ce marché du jade, qui reste la chasse gardée des vieilles élites ayant bâti leurs fortunes à l'époque de la junte autodissoute en 2011. Une grande partie des pierres extraites à Hpakant ferait l'objet d'un trafic à destination de la Chine voisine, où le jade est très prisé.

La Birmanie a vendu sur le marché mondial en 2014 près de 27,5 milliards d'euros de jade, 10 fois le chiffre officiel, selon un rapport publié en octobre 2015 par l'ONG Global Witness.

Avec AFP et Reuters

  

Le pillage des mines de jade en Birmanie

 
Le pillage des mines de jade en Birmanie
un travailleur coupe la pierre de jade sur le marché de Myitkyinar dans l'Etat Kachin en Birmanie le 6 octobre 2015. AFP/Ye Aung THU
 
A quelque jours des élections législatives en Birmanie, l’ONG Global Witness tire la sonnette d’alarme sur le pillage intensif des mines de jade. Cette pierre semi-précieuse a fait la fortune des militaires et de leurs alliés, note l’ONG basée à Londres.

De couleur verte, surnommée pierre impériale, le jade birman est très recherché autant pour sa beauté que pour sa qualité. Son négoce draine des milliards d’euros, des sommes qui  vont directement dans les poches des élites militaires birmanes et de leurs alliés. Un commerce qui se fait dans l'opacité la plus totale. Des sociétés écrans dissimulent la véritable identité des bénéficiaires.

Officiellement, les ventes de jade ont rapporté trois milliards d’euros l’an dernier; mais pour l’ONG Global Witness le chiffre est dix fois plus élevé, soit l’équivalent de la moitié de la richesse nationale du pays. D’où la nervosité des élites qui contrôle le jade à l’approche des élections législatives. L’opposante Aung San Suu Kyi, qui est donné favorite, a promis de lutter contre la corruption et l’opacité de l’économie. C’est pour cette raison que l’exploitation a repris à grande échelle il y a un an. Les compagnies minières redoutent plus que tout que le vent tourne après les élections.

L'ONG alerte de son côté sur ce pillage des ressources naturelles, le plus important de l’histoire moderne de la Birmanie.
 
Plus des trois quarts de la production de jade quitteraient ainsi en contrebande le nord du pays pour la Chine, le principal acheteur. La classe moyenne chinoise raffole de cette pierre qui reste accessible en terme de prix. Et cette frénésie pour le jade birman accélère la déforestation de la région de Hpakant située dans l’état Kachin, où la pierre se trouve en grande quantité. Les habitants l’appellent d'ailleurs « l’enfer sur terre ». Les nombreuses carrières creusées par les compagnies minières ont transformé le paysage de la région. Selon  l’ONG Global Witness, des dizaines d’habitants sont morts ces derniers mois dans des éboulements de terrain en tentant de trouver des pierres dans les remblais laissés par les pelleteuses. Autre phénomène, le marché de la pierre verte finance également l’armée d’indépendance de Kachin dans son conflit avec le pouvoir central. Le pillage devrait donc se poursuivre.

 

Commentaire d'Eurojade : il y a aussi une face sombre du jade qu'il convient de ne pas négliger. Nous avons toujours été contre l'exploitation de l'homme quelle qu'elle soit, et travaillons avec de petites structures familiales . Celles-ci ont des stocks de jade anciens qui ont été extraits bien avant le régime de dictature du Myanmar et se trouvent dans d'autres pays. De ce fait nous n'avons pas de contact direct avec les exploitations de jade jadéite au Myanmar, dont l'accès est très difficile et très contrôlé. Malheureusement, le combat de micro-structures comme la nôtre est celui de David contre Goliath et nous sommes impuissants contre ces grands groupes opaques dont l'intérêt est loin d'être humanitaire. Nous espérons de tout coeur qu'Aun San Suu Kyi pourra réglementer ce secteur dont les prix sont devenus fous à cause de quelques caciques aux pouvoirs et aux ambitions illimités.

 

Les prix du jade continuent à s'envoler

octobre 2015

un bloc de jade brut de ce type coûte plusieurs centaines de milliers d'euros hors taxes !

Depuis quelques années, les prix du jade ne cessent de grimper. Après avoir visité nos fournisseurs en Asie, nous faisons le point aujourd'hui sur la situation.

Poussés par la demande chinoise, les prix du jade continuent à flamber, et ceci non seulement pour le jade jadéite, mais également pour le jade néphrite, ce qui est beaucoup plus surprenant car jusqu'ici les Chinois n'étaient intéressés que par la néphrite ancienne.

Et la crise économique qui affecte aussi le marché chinois n'y fait rien : nous avons constaté que si nous voulions racheter l'équivalent de ce que nous avons vendu les années précédentes, il nous serait impossible de trouver l'équivalent en prix professionnel du prix de vente auquel ces produits ont été cédés !

Sur notre site, certains produits en jade jadéite de qualité bijouterie (jade translucide avec une ou de belles couleurs et quasiment aucune inclusion) sont vendus trois à quatre fois moins cher que leur équivalent en Chine !

Les mines s'épuisent et les vendeurs préfèrent garder leurs stocks de jadéite de qualité en attendant des temps meilleurs plutôt que de brader leurs prix.

Ces constatations concernent la jadéite du Myanmar, la plus prisée. La jadéite du Guatemala est vendue localement à une clientèle de touristes ou dans des boutiques mexicaines et les prix sont sans commune mesure avec ceux de la jadéite du Myanmar.

Voici ci-après quelques prix de détail relevés en septembre 2015 à Hong Kong :

vitrine d'une bijouterie à Hong Kong 

Le cours dollar Hong Kong euro est celui du 26 octobre 2015 HKD = 0,116817 EUR

au milieu, de gauche à droite :

- pendentif bouddha jade "water colour" (translucide) sur or blanc 18 carats : 7.378 euros

- pendentif gravé jade vert pâle et lavande sur or blanc 18 carats : 4.533 euros

niveau suivant, de gauche à droite :

- pendentif cabochon jade "water colour" (translucide) sur or blanc 18 carats : 25.105 euros

- bague cabochon jade "water colour" (translucide) sur or blanc 18 carats avec diamants : 10.537 euros

- bague cabochon jade vert impérial sur or blanc 18 carats avec diamants : 8.456 euros

- pendentif feuille (un peu plus bas par rapport aux autres) en jade vert impérial sur or blanc 18 carats avec diamants : 9.462 euros

- bague cabochon jade lavande sur or jaune 18 carats avec diamants : 7.698 euros

- pendentif cabochon en jade lavande sur or jaune 18 carats avec diamants : 20.397 euros

niveau plus bas, de gauche à droite :

- pendentif bouddha en jade "water colour" (translucide) avec perle en jade vert impérial sur or blanc 18 carats : 3.259 euros

- bague jade "water colour" sur or blanc 18 carats : 864 euros

- pendentif feuille en jade "water colour" (translucide) sur or jaune 18 carats : 2.126 euros

- boucles d'oreilles en jade vert impérial sur or blanc 18 carats avec diamants : 4.240 euros

- bague cabochon en jade vert impérial sur or blanc 18 carats avec diamants : 18.925 euros

- pendentif cabochon jade lavande sur or blanc 18 carats : 1.086 euros

- pendentif disque pi lavande sur or blanc 18 carats : 1.145 euros

- pendentif deux perles jade lavande avec deux perles jade vert moyen sur or blanc 18 carats : 2.009 euros.

 

10 septembre 2014

Pour la première fois en France depuis son achat le 7 avril dernier par la Maison Cartier (pour 27,4 million de dollars US, établissant ainsi un record mondial pour un bijou en jadéite et pour une vente Cartier) lors d'une vente aux enchères de la maison Sotheby's à Hong Kong), le collier Hutton est présenté au public dans une vitrine de Cartier, 13 rue de la Paix, Paris 2e.

Quelle merveille ! Aucune publicité n'ayant été faite au sujet de cette présentation, les passants ne s'arrêtaient même pas devant la vitrine, préférant admirer les autres vitrines présentant des bijoux en diamants, en saphirs et autres gemmes, et lorsque certains, étonnés de nous voir mitrailler la vitrine, jetaient un coup d'oeil, c'était pour vite poursuivre leur chemin sans savoir qu'ils venaient de voir le collier en jade le plus cher du monde.

Le collier sera exposé jusqu'au 20 septembre, pendant la durée de la Biennale des Antiquaires qui se tient au Grand Palais, la Maison Cartier voulant faire profiter les Parisiens et les touristes de cette merveille avant qu'elle ne parte se faire admirer aux quatre coins du monde.

collier Hutton

Barbara Hutton, riche héritière des magasins Woolworth, reçut ce collier de son père en 1933, à l'occasion de son mariage avec le prince géorgien Alexis Mdivani. Composé de vingt-sept boules de jade dont les diamètres, de taille exceptionnelle, s'échelonnent entre 15,4 mm et 19,2 mm, ce collier dont le fermoir est en or jaune, rubis calibrés et diamants baguette se trouve dans la vitrine du 13 rue de la Paix à Paris, près de la place Vendôme.

vitrine de Cartier, 13 rue de la Paix à Paris

détail du collier : les boules de jadéite sont non seulement d'une qualité mais d'une taille exceptionnelle

le fermoir apparaît par réflexion dans un petit miroir fixé derrière le collier

 

collier Hutton dans la vitrine de Cartier

 

 Vente record du collier Hutton-Mdivani

avril 2014

Le 7 avril dernier, la vente du collier Hutton-Mdivani organisée par Sotheby's à Hong Kong a battu tous les records avec le prix le plus élevé jamais atteint pour une pièce en jadéite et pour un bijou Cartier : deux cent quatorze millions quarante mille dollars Hong Kong, soit vingt-sept millions quatre cent mille dollars US ! Quelle que soit la devise dans laquelle la somme est convertie, ce montant est incroyable et reflète la folie haussière dans laquelle se situe le marché du jade à l'heure actuelle. Qui nous a dit récemment que le jade n'était pas cher et que l'on trouvait du jade "impérial" sur le marché à quelques centaines de dollars ? Admirez ci-dessous cette somptueuse jadéite de type A (jade naturel et non traité), certifiée par deux laboratoires différents, et comparez avec le jade C (ou les imitations) que l'on trouve absolument partout dans le monde !

  

photos copyright Sotheby's

 Bien que l'origine de ce collier reste incertaine, les vingt-sept perles de jadéite qui composent le collier datent probablement de la fin de la Dynastie Qing (1644-1912). D'où vient le nom du collier ? De celui de Barbara Hutton, héritière de l'empire Woolworth, pour laquelle il fut fabriqué par Cartier en 1933 et offert par son père à l'occasion de son mariage avec le prince Mdivani. Le collier fut conservé par la famille Mdivani après le divorce du couple (le mariage dura deux ans) jusqu'à ce qu'il soit vendu en 1988 pour quinze millions six cent mille dollars Hong Kong soit deux millions de dollars US. Il devint alors la pièce de bijouterie en jade la plus chère au monde, record battu en 1994 lorsqu'il fut revendu trente-trois millions de dollars Hong Kong soit quatre millions deux cent mille dollars US.

On s'attendait à dépasser la barre des dix millions de dollars US pour cette vente, et à battre un nouveau record. Ces estimations ont été plus que doublées !

Le collier est composé de vingt-perles d'une qualité exceptionnelle, que ce soit par la taille (de 15,40 mm à 19,20 mm de diamètre), la couleur ou le polissage. Un fermoir en rubis et en diamants Art Déco le complète.

Qui est le nouveau propriétaire : la maison Cartier, qui quatre-vingt ans après l'avoir créé, retrouve cette merveille que, nous l'espérons, nous aurons peut-être un jour l'occasion d'admirer... à l'occasion d'une nouvelle exposition Cartier ?

 

Les prix du jade continuent à s'envoler !

février-mars 2014

Nous rentrons de visiter nos fournisseurs et nous ne pouvons que vous confirmer la tendance haussière remarquée ces dernières années aussi bien sur les prix du jade jadéite que du jade néphrite.

Le marché chinois, très friand de jadéite auparavant, s'intéresse de près à la néphrite depuis peu, avec pour conséquence une hausse très importante du brut. Et par extension des produits finis.

A noter également que la qualité du jade, qu'il soit jadéite ou néphrite, à prix égal, se dégrade. On trouve du brut de médiocre qualité (par exemple de la néphrite noirâtre) plus chère qu'une néphrite verte de qualité moyenne il y a quelques années.

La néphrite sibérienne atteint des sommets à plusieurs milliers d'euros le kilo de bonne qualité (hors taxes et frais annexes).

jade néphrite sibérien
 

L'explication tient effectivement à la demande toujours croissante du marché asiatique, mais pas seulement : comme pour beaucoup d'autres pierres, il n'y a pas eu de nouvelles découvertes de mines depuis très longtemps, et les stocks s'épuisent.

Les prix ne cessant d'augmenter, nous avons à coeur de maintenir des prix serrés, mais nous sommes obligés de répercuter les hausses qui nous touchent de plein fouet.

Nous n'avons pas de boutique physique, nous ne vendons que sur internet ou sur des salons, pour limiter nos frais.

Sur les salons, on nous dit parfois : "C'est beau mais c'est cher". Le jade naturel, non traité, dit de type A pour la jadéite, est rare et a un prix. Le marché est inondé de jade traité, que les professionnels appellent jade B (blanchi et enduit de résine) ou C (jade B teinté). Sans parler des imitations : serpentine, plastique, verre, etc. vendues à bas prix, mais parfois aussi très cher.

Nous ne comptons pas le nombre de personnes qui rentrent d'un voyage en Asie et nous adressent des photos de ce qu'elles ont acheté pour vérifier qu'elles ont fait une "bonne affaire".

A ce jour, nous n'avons JAMAIS effectué ce constat.

A l'heure actuelle, dans une économie difficile, chercher à faire de l'argent facilement est devenu une activité très courue qui fait que les escroqueries se multiplient.

En tant que gemmologue professionnel, nous nous battons pour que la différenciation entre les pierres naturelles et les pierres traitées soit divulguée ainsi que l'exige la loi. Ceci afin que le client sache en connaissance de cause ce qu'il achète, car un rubis rempli de verre au plomb est différent d'un rubis sans traitement, une tranche d'agate teinte est différente d'une tranche d'agate qui a simplement été découpée et polie, un oxyde de zirconium ressemblent à un diamant mais n'en sont pas... de même un jade C n'est pas un jade A. De plus en plus, être vigilant s'impose...

 

Volonté du Myanmar d'augmenter les exportations de gemmes

mars 2013

Même si les sanctions appliquées par les Etats-Unis concernant les exportations de gemmes restent inchangées, le Myanmar (ex-Birmanie) envisage d'augmenter ses exportations de gemmes.

Le Ministre des Mines du Myanmar a récemment annoncé que de nouveaux permis d'exploitation pour les régions de Mogok, Mineshu et l'Etat de Nanyar vont être émis à 1.167 dollars US le bloc, et que les anciens permis d'exploitation des mines de jade expirant en janvier, février et mars 2013 sont renouvelés.

Ceci suggère une augmentation de l'activité de minage dans ce pays extrêment riche en minéraux, mais pour l'instant le résultat de l'exploitation de ces mines ne sera pas exporté vers les Etats-Unis. Le 22 février 2013, le Bureau de Contrôle des Actifs Etrangers (Office of Foreign Assets Control - OFAC -) du Département des Etats-Unis a émis la Licence Générale 19, autorisant l'augmentation de l'activité économique au Myanmar, mais l'importation de la jadéite ou des rubis exploités en Birmanie, ni les articles de bijouterie contenant ces produits.

Il y a cependant un assouplissement significatif des sanctions appliquées au régime. La Licence Générale 19 accélère le processus, autorisant les particuliers, les entreprises et les institutions financières à conduire la plupart des transactions, y compris l'ouverture et la gestion de comptes ainsi que la conduite de diverses activités financières.

S'adressant récemment au Parlement birman, le Ministre adjoint des Affaires Etrangères, Zin Yaw, a indiqué que le Gouvernement du Myanmar va tout faire pour les Etats-Unis abrogent leur législation bannissant l'importation des pierres concernées dans leur pays.

"L'abrogation d'une telle loi aux Etats-Unis fait partie d'un processus pas-à-pas incluant des points politiques, légaux mais aussi méthologiques. Notre gouvernement, ainsi que le Ministre des Affaires Etrangères, demande constamment que les sanctions imposées sur notre pays soient levées". a-t-il annoncé.

La position ferme des Etats-Unis a commencé à se relâcher après que le Président birman Thein Sein ait pris ses fontions en mars 2011, et que peu après des prisonniers politiques aient été libérés, y compris le Prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi. Celle-ci détient désormais au siège au Parlement.

traduction autorisée de l'original publié par Gemewizard

 

Salon de la Bijouterie et des Pierres de Hong Kong

octobre 2012

pièces de joaillerie en or blanc 18 carats, diamants et jade impérial dans une bijouterie de Hong Kong
 

Le Salon de la Bijouterie et des Pierres de Hong Kong (The September Hong Kong Jewellery & Gem Fair) est l'évènement n° 1 dans le monde concernant la bijouterie. Réservé exclusivement aux professionnels, le Salon a battu tous ses records cette année en enregistrant une hausse de 16,6 % de visiteurs. 3.450 exposants en provenance de 46 pays et régions et 51.500 professionnels en provenance de 155 pays et régions... dont Eurojade, avaient répondu à l'appel.

Plus de 50 % des acheteurs sont étrangers, c'est-à-dire hors Chine Continentale, Hong Kong, Macao, Taïwan et autres îles.

Le prix de la jadéite continue à exploser, et même si la néphrite travaillée de nos jours ne suscite aucun intérêt parmi les asiatiques, son prix n'est pas en reste et flambe également.

La situation est préoccupante pour les acheteurs occidentaux qui voient les pièces les plus belles leur échapper, et le marché de l'imitation a encore de beaux jours devant lui...

 

L’arnaque « au jade » vire au fiasco judiciaire

Igor Bonnet

Ouest France - 20 janvier 2012

   

Des millions d’euros de préjudice. Mais, pour un vice de forme, l’une des plus belles enquêtes pour escroquerie présumée aux objets d’art jamais lancée en Sarthe va finir à la poubelle.

Enquête

Hôtel Bellagio à Las Vegas. Japon, Réunion, Rio, Megève, Genève, Deauville… Des retraits de 65 000 €, des mouvements bancaires de centaines de milliers d’euros entre 2004 et 2006, des coffres-forts et des grosses cylindrées en pagaille… Les gendarmes pensaient avoir décroché le jackpot : comment des commerçants manceaux non sédentaires pouvaient-ils s’offrir une vie de nabab avec des salaires de vendeurs de tapis ? Six ans plus tard, ils n’ont plus que leurs yeux pour pleurer. Leur enquête est torpillée par une cascade d’annulations de procédures pour vice de forme.

Écoutes téléphoniques

Tout commence le 9 mai 2006. Le parquet du Mans reçoit un signalement du service du Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins (Tracfin). Depuis 2004, André C., dit « le blond », sa femme, leur fils Christophe et un oncle par alliance vivraient bien au-dessus de leurs moyens.

L’enquête préliminaire démarre. Faute de soutien, les gendarmes patinent. Une information judiciaire pour escroquerie en bande organisée, association de malfaiteurs, blanchiment, non justification de ressources et travail dissimulé est finalement ouverte trois ans et demi plus tard. Les premières écoutes téléphoniques dépassent les attentes des gendarmes.

La petite bande, une douzaine de personnes de 33 à 65 ans issues de deux familles, profiterait à des degrés divers d’une activité de vente de tapis et d’expertise d’art en tout genre. Une fois gagnée astucieusement la confiance de riches amateurs, ils revendraient à prix d’or des objets de collection qui n’en sont pas. Des tapis comme des statuettes en faux ivoire ou en fausse pierre précieuse, d’où le nom d’arnaque dite « au jade » ou à la « pierre dure ». Les profits seraient ensuite réinjectés dans l’immobilier en France, en Espagne et en Italie.

Début 2010, les enquêteurs assistent à la préparation d’un coup. La victime : une riche retraitée de l’île antillaise de Saint-Martin. Prix des tapis, prétendument cousus de fil d’or : 470 000 €. Cent fois leur valeur ! La retraitée paie avec 18 lingots d’or.

L’affaire des Antilles a pourtant failli capoter. Car la petite bande se sait surveillée : un membre de la famille C. est renseigné sur l’enquête. En juin dernier, l’ancien patron, entre 2001 et 2003, de la zone Ouest des CRS à Rennes a été mis en examen pour corruption et violation du secret professionnel.

Ce policier alors en poste à Colombes (Hauts-de-Seine) est soupçonné d’avoir tuyauté Grégory C. contre des repas au restaurant et des prêts de belles voitures. En Sarthe, l’enquête avance. En mars 2010, vingt-quatre personnes sont interpellées. Bilan des perquisitions : des 4X4 Hummer et Porsche, des Audi, Mercedes, un coupé Porsche… Des montres en or à 5 000 €… 170 000 € cachés sous le lit d’une caravane et 30 000 € dans un sac en plastique.

Un retraité perd 170 000 €

Les gendarmes dénichent aussi une mine de documents troublants : des titres de propriétés en Sarthe, dans le Loiret, les Yvelines, le Var, en Savoie, des preuves de loyers perçus pour des appartements en location au Mans. Quatorze personnes sont mises en examen. Les plaintes se multiplient. Un retraité du CNRS s’est fait escroquer 700 000 €; un Belge 330 000 €…

Mais, le 1er juin 2011, c’est la douche froide. La chambre de l’instruction, garante de la procédure, réduit en miettes le dossier en annulant des centaines de pièces pour vice de forme : l’avocat d’un suspect a découvert que le juge d’instruction n’avait pas été correctement saisi au début de son enquête. Six mois de procédures sont invalidés. Le dossier est vidé de sa substance. L’enquête ne tient plus debout et il est impossible de la reprendre.

Désormais privés du socle des poursuites, les deux nouveaux juges d’instruction chargés de l’affaire n’ont pas eu d’autre choix que de solliciter, le 13 décembre dernier, l’annulation d’une nouvelle série de pièces. Afin de purger le dossier, le poussant ainsi vers la poubelle. Quant aux suspects, ils ont récupéré les voitures, les bijoux et les milliers d’euros qui avaient été saisis.

 

Des vendeurs de faux jade interpellés

 Jean-Michel Desplos

Sud Ouest - 28 mai 2011
 
Il y a d'abord une première approche, téléphonique, pour appâter la future victime. De préférence une personne âgée, disposant de gros moyens financiers. Une fois le client ferré, un rendez-vous est pris, à son domicile. Le vendeur, très courtois, se présente au nom de la société Prestige de France, spécialisée dans la vente de porcelaine, services en cristal et autres ménagères de luxe. Le catalogue est de qualité, en papier glacé. Le bagout fait le reste.

La confiance acquise, le commercial propose aussi des statuettes en jade vendues à des prix exorbitants mais qui sont en réalité de piètres copies fabriquées à l'aide de résine.

En janvier 2008, un septuagénaire de Saintes, en Charente-Maritime, est approché par l'agent commercial. Il achète un service de table et… deux statuettes. Il débourse 25 000 € ! Le retraité, amateur d'art, possède une collection de sculptures qui attire l'œil du visiteur, lequel se dit expert. L'intérêt et le regard porté à la collection n'inspirent aucune inquiétude.

Quelques jours plus tard, le vendeur de vaisselle revient en faisant état d'un gros problème. Les sculptures expertisées, dit-il, auraient été volées. Il explique que le légitime propriétaire, connu de la société Prestige de France, se dit prêt à négocier quelques dizaines de milliers d'euros pour éviter de déposer une plainte contre le nouvel acquéreur. Le septuagénaire accepte la négociation. Il conserve ses sculptures mais restitue les deux statuettes supposées être en jade et verse 40 000 euros en liquide pour « éviter des ennuis ».

Il lui faudra peu de temps pour réaliser qu'il a été victime d'une arnaque mise au point par des professionnels du monde des postiches. L'antenne de la police judiciaire de La Rochelle a été saisie de l'affaire avant qu'au mois de mars dernier un commercial se présentant au nom de la société PDF (succédant à Prestige de France, placée en liquidation, NDLR), ne vienne frapper à la porte d'un retraité bordelais pour lui proposer des statuettes. La transaction échoue mais l'information arrive aux oreilles des enquêteurs de la division des affaires économiques et financières de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ). Les enquêteurs identifient le commercial, âgé de 30 ans ; le gérant de la société, 37 ans, déjà connu de la justice, ainsi qu'un ancien employé de banque bordelais de 61 ans qui servait d'intermédiaire pour blanchir l'argent. Les sommes perçues transitaient sur ses comptes personnels, puis il les reversait aux posticheurs en prenant un pourcentage au passage.

Tous les trois ont été mis en examen pour escroquerie en bande organisée, blanchiment, abus de biens sociaux et banqueroute. Le gérant de la société a été écroué. Ses comparses ont été placés sous contrôle judiciaire.

 

Marché du jade

octobre 2010

Le marché du jade a été peu affecté par la crise économique. Malheureusement, les barrières mises par les Etats-Unis et la Communauté Européenne à l'exportation de la jadéite birmane n'ont guère impressionné le gouvernement de l'Union du Myanmar (rappel : la jadéite que l'on trouve sur le marché - et donc sur ce site - ne doit pas être exportée directement du Myanmar, mais provenir d'exportations antérieures aux décrets d'interdiction promulgués par les Etats-Unis et la Communauté Européenne).

Pour preuve le montant atteint par deux morceaux de jade d'un poids total de 36 kilogs lors de la vente aux enchères de la mi-2009 au Myanmar : 11,5 millions dollars US !

Ce jade est acheté par les chinois et les hongkongais et montre à quel point le marché nord-américain et européen de la jadéite (mais nous pouvons extrapoler et parler également la néphrite) occupe une place microscopique dans le marché mondial du jade.

×

TOP