Eurojade - Le Spécialiste du Jade - The Jade Specialist

SHOP

Myanmar

Même si la bague Narawat ne comporte pas de jade, il nous a semblé intéressant d'en parler et de la rattacher pour plus de simplicité à la section consacrée à la jadéite du Myanmar, pays qui la produit.

La bague Nawarat et les croyances traditionnelles qui lui sont rattachées :

La bague Nawarat est une bague en or et sertie de neuf gemmes, appelées usuellement "les neuf gemmes estimables". Ces gemmes sont les suivantes : Ainsi, porter une bague Nawarat est censé apporter tous ces bénéfices. Selon le traité des gemmes et des bijoux appelé Manishattara-Ratana  voici les bénéfices censés être apportés par les gemmes suivantes :

- le diamant, qui apporte la dignité

- la perle, synonyme de magnificence et de grandeur

- l'oeil-de-chat : pour l'accomplissement

- le zircon, qui apporte la force

- l'émeraude, synonyme de calme et de tranquillité

- la topaze : pour la force et la vigueur

- le saphir : pour l'amour et l'affection

- le corail : "leadership"

- le rubis : pour la gloire et le pouvoir

Les livres d'histoire du Myanmar rappellent qu'il était courant de porter une bague Nawarat au temps des rois Yatanabon (1860-1885 AD). A l'époque, seuls les membres de la famille royal et les officiels de haut rang pouvaient porter cette bague. La croyance dans les pouvoirs magiques de la bague Narawit reste très vive encore aujourd'hui.

La plupart des bagues Narawat sont produites par la bijouterie Sun Moon Talisman à Yangon (cette information n'a pu être vérifiée par le narrateur, et elle émane d'une source gouvernementale à considérer avec une grande précaution).

Nous avons pu constater, lors de notre voyage à travers le Myanmar, que la population ne portait quasiment aucun bijou, et jamais cette bague, certainement trop coûteuse pour le commun des birmans. Les rares personnes à porter des bagues étaient les hommes - chevalières avec saphir, rubis ou jade - ou les femmes employées du gouvernement qui portaient le même type de bague mais avec exclusivement des pierres incolores (il n'a pas été possible de les regarder de près pour déterminer de quelles pierres il s'agissait).

D'après U Than Maung de la bijouterie Sun Moon Talisman à Yangon, la fabrication de la bague est très compliquée. En effet, l'acheteur est choisi selon son horoscope et la lecture des lignes de sa main. Si cet examen de passage  n'est pas réussi, l'acheteur potentiel est refusé. Si l'acheteur potentiel est confirmé, il peut alors choisir les neuf gemmes et la taille de la bague. La qualité des pierres et la taille de la bague dépendent étroitement de la richesse de celui qui l'achète ou de la force de sa foi en les vertus de la bague.Selon la qualité des gemmes, le prix de vente d'une bague s'échelonne de 200.000 khyats à 1.500.00 khyats (au mois d'août 2009 : 200 $ à 1.500 $, en sachant que le cours n'est pas stable).

Certaines bijouteries "classiques", c'est-à-dire fréquentées exclusivement par la population locale, présentent la bague Nawarat. Nous avons cependant remarqué que ces bagues (dont le prix était d'environ 200.000 khyats, soit 200 $ - en tout cas pour les étrangers que nous étions, les prix étant en général négociables jusqu'à un rabais de 20 %) n'étaient en aucun cas des bagues composées de gemmes naturelles, mais d'imitations grossières (le prix étant certainement très inférieur pour la population locale, la bague pourrait ainsi être achetée en dépit de fortes contraintes économiques et apporter à celle qui la porterait tous les bénéfices produits.

A partir de l'horoscope et de la lecture des lignes de la main de la cliente, le bijoutier calcule quel jour et à quelle heure la fabrication de la bague doit commencer. Indépendamment de ces considérations concernant la monture, le rubis doit être serti un dimanche, la perle et l'oeil-de-chat un lundi, le coral un mardi, l'émeraude et le zircon un mercredi, la topaze un jeudi, le diamant un vendredi et le saphir un samedi. Avant de commencer le sertissage, une offrande ("gadaw bwe"), composée bananes et de noix de coco est faite à Bouddha.

Les directives pour la taille des pierres, le sertissage et le port de la bague doivent être suivies strictement, selon U Than Maung. Le bijoutier doit porter un vêtement blanc et suivre au moins cinq préceptes pendant la fabrication de la bague.  Le rubis, symbole de gloire, est traditionnellement placé au centre et est entouré de huit autres gemmes, qui représentent les huit planètes connues dans les temps anciens (voir le diagramme à droite).  Le saphir doit être placé au nord, le diamant à l'est, l'oeil-de-chat au sud, l'émeraude à l'ouest, le corail au nord-est, la perle au sud, le zircon au sud-ouest et la topaze au nord-oest.

Lorsque la bague est sertie et prête à être portée, une autre offrande ("gadaw bwe") est faite aux esprits ("nats") avant que la bague soit remise à celle qui va la porter. 

La bague doit être portée d'une certaine manière : l'émeraude doit être conservée aussi près que possible du corps alors que le diamant doit en éloigné le plus possible, afin que l'effet calmant de ce dernier, soit optimal, ainsi que sa capacité à éloigner le danger. 

Ainsi, la bague Narawat est prête à apporter richesse, pouvoir et gloire à celle qui la porte et croit en son pouvoir...

×

TOP