Eurojade - Le Spécialiste du Jade - The Jade Specialist

SHOP

Voyage en Colombie-Britannique, Canada

Récit d'une étudiante en gemmologie

août 2007

Un court séjour dans l’Ouest canadien m’a permis de découvrir, à mon grand bonheur mais aussi à ma grande stupéfaction, la beauté du jade néphrite de Colombie-Britannique. En effet, aucun guide ni aucun tour opérateur n’en font mention dans les incontournables d’un voyage (ce qui est dommage car le jade néphrite semble aussi important dans cet état que la pêche au saumon).

Les gisements de néphrite sont concentrés autour de trois zones en Colombie-Britannique : la région de Lillooet, la région d’Omenica, et dans le nord la région de Cassiar et de Dease Lake.

Nos étapes ayant été réservées à l’avance, il ne m’était pas possible de m’attarder comme je l’aurais voulu, et je n’ai donc pu me rendre qu’à Vancouver (où se trouvent les boutiques vendant des objets, des bijoux et des sculptures en jade) et à Lilloet, qui fut avec la région qui l'entoure le premier endroit où s’établirent les mines de jade de Colombie-Britannique (cet état a adopté le jade comme emblème official depuis 1968). J’ai fait cependant de belles rencontres et des découvertes très intéressantes.

En Colombie-Britannique, hormis le jade, on trouve aussi de l’agate, du jaspe, de la rhodonite, des grenats, et bien d’autres pierres.

Le « Polar Jade » (jade polaire) du nord de la région est considéré comme « la néphrite la plus brillante, dure, verte et translucide jamais trouvée » (cf. Fred Ward, auteur de livres sur les gemmes et gemmologue américain).Jade West Resources Ltd., qui exploite trois mines dans le Nord de la Colombie-Britannique, est le plus important producteur et exportateur de néphrite au monde. Les produits obtenus à partir de cette néphrite canadienne (et vendus au Canada) sont généralement qualifiés de produits en jade de la Colombie-Britannique (B.C. Jade ).

A Vancouver, on trouve des boutiques proposant de tout, du petit objet en néphrite de quelques dizaines de dollars canadiens jusqu’à la sculpture monumentale coûtant plusieurs dizaines de milliers de dollars (les petites scuptures sont faites en Chine avec du « B.C. jade », la néphrite y étant envoyée du Canada pour y être taillée alors que les grosses sculptures, pièces exceptionnelles, sont faites par des artistes locaux).

Mais il faut savoir que 90 % des exportations canadiennes vont en Chine et le reste va en Thaïlande et en Nouvelle-Zélande. La saison d’exploitation est très courte (trois mois par an) à cause du climat très rude.

Production moyenne annuelle entre 1995 et 2000 : Canada (Colombie-Britannique)  : 200 tonnes, Canada (Yukon) : 20 tonnes, Australie : 25 tonnes, Russie (Sibérie) : 200 tonnes, U.S. : 5 tonnes.

Ci-dessus la boutique de Daniel Boerma et ci-dessous un des nombreux blocs de jade faisant partie du « jade trail » qui jalonne la ville : des passionnés de la néphrite, pour certains mineurs ou descendants de mineurs, ont mis en place ce parcours qui consiste à sceller des blocs de jade le long de la route devant les monuments, les maisons ou simplement la station-service !

Non seulement à Lilloet, mais partout dans la région, le jade est présent, et les blocs sont de taille impressionnante !

Notre voyage nous a conduit ensuite en Alberta, où la pierre emblème n’est pas le jade mais l’ammolite.

L’ammolite fut découverte par les Indiens Blackfoot au pied des Montagnes Rocheuses. Cette pierre leur servait comme pierre sacrée précédant la chasse au bison et comme pierre médicinale.

C'est en 1908 qu’un membre de la Commission géologique du Canada découvrit le site où l’ammolite continue d’être extraite par Korite International, le long de la rivière Sainte-Marie en Alberta, dans les Rocheuses (c’est là que se situe le seul gisement rentable).

L’ammolite est une gemme reconnue par la CIBJO depuis 1981 et est depuis 2004 la pierre emblème de l’Alberta. On l’appelle aussi korite ou calcentine.

L’ammonite est une coquille opalisée d’ammonite fossile (l’ammonite était un organisme à coquille de type nautile disparu il y a plus de 70 millions d’années).

L’iridescence de l’ammolite est à l’origine de sa grande valeur. On peut considérer que l’ammolite est l’une des gemmes les plus rares du monde. Il en existe quatre qualités : allant de AA à B-.

Les premiers clients sont les japonais, suivis par les américains et les canadiens.

L’ammonite est principalement composée d’aragonite (également de fer, de strontium, etc. ). IR : 1,52 à 1,58. Biréfringente. Densité : 2,70. Dureté : 4.

La plupart des ammolites, à cause de leur fragilité et de leur finesse, sont recouvertes d’une couche de spinelle synthétique ou de quartz afin de les protéger. De fait on rencontre le plus souvent des doublets, ce qui n’empêche pas ces gemmes composites d’être très onéreuses.

Enfin, j’ai également admiré des diamants canadiens provenant des Territoires du Nord-Ouest, de la marque « Polar Ice »™ comportant un certificat du gouvernement canadien garantissant qu’aucun traitement n’avait été pratiqué et comportant un numéro identique à celui gravé au laser sur le rondiste de chaque pierre.

×

TOP